En septembre, Emmanuelle Wargon, la ministre déléguée en charge du logement, avait sous-entendu que le gouvernement prlongerait le PTZ (prêt à taux zéro, pour les primo-accédants à la propriété). La nouvelle avait été bien accueillie par les acteurs de la construction, qui ont déjà été éprouvés par le premier confinement. C’est officiel, le dispositif PTZ est prolongé jusqu’au 31 décembre 2022.

Annonces du Gouvernement sur le PTZ

L’Assemblée nationale dans la deuxième partie du projet de loi de finances pour 2021, le gouvernement a déposé un amendement concernant la prolongation du PTZ. Suite au contexte sanitaire et la crise économique qui en résulte, cela permettrait de soutenir une profession qui a déjà souffert de multiples crises financières et économiques.

Le PTZ, qui devait s’éteindre au 31 décembre 2021 est donc prolongé jusqu’au 31 décembre 2022 qualifié de “principal dispositif de soutien à l’accession à la propriété” et d'”outil de soutien indirect à la construction de logements” . Cette prolongation d’un an s’accompagne d’une mesure complémentaire consistant à prendre en compte, les revenus du bénéficiaire du prêt de l’année de l’émission de l’offre de prêt plutôt que des revenus de l’année N-2.

Le PTZ c’est quoi ?

Le prêt à taux zéro date de l’année 1976. C’est une sorte d’aide que l’État accorde aux ménages à faibles revenus, mais qui veut tout de même avoir un logement principal sans passer par la location. La loi des Finances de l’année 2011 avait apporté d’importants remaniements dans la manière d’octroyer le nouveau PTZ+.

Les valeurs du prêt à taux zéro +

Avec l’augmentation des prix de l’immobilier, l’État a revu à la hausse le montant qui est accordé aux personnes qui bénéficient de ce crédit sans intérêt.

Mais il y a tout de même des critères qui sont aussi étudiés avant d’avoir le PTZ+. La zone, l’âge du logement à acheter, le nombre de personnes qui compose le ménage sont autant de critères qui peuvent influer sur le montant qui sera obtenu. Mais ce qui est sûr c’est que ce montant ne couvrira pas le coût total du logement à acquérir.

Le PTZ+ financera alors tout au plus la dépense de l’achat et des frais d’agence. Les frais du notaire et les frais bancaires sont encore à la charge du demandeur de crédit.

Les bénéficiaires du PTZ+

Le prêt à taux zéro+ n’est accordé qu’aux personnes qui vont acheter ou construire leurs premières résidences principales. Le revenu n’influe pas sur l’obtention du prêt, mais il se peut que les banques demandent des garanties de remboursement avant d’octroyer le crédit. Ainsi, la question de solvabilité est primordiale pour obtenir le prêt puisque la durée du remboursement prend en compte la capacité financière du demandeur à rendre le capital et les intérêts, et la taille du ménage.

Avoir un PTZ+ permet d’obtenir un autre prêt pour augmenter le capital à investir dans l’achat du logement. Le PTZ+ est alors considéré par les établissements prêteurs comme un apport personnel du demandeur lors de la demande de crédit principal.

Les échéances du PTZ+

En plus du montant du prêt à taux zéro+ qui a augmenté, la durée de remboursement a aussi suivi cette courbe ascendante. Ainsi en fonction des revenus que le ménage dispose, le calcul de la période de remboursement varie entre 5 et 10 ans suivant la tranche de revenu de la famille.

Ainsi si le ménage a des revenus modestes, la durée sera de 5 à 10 ans et cette durée augmentera au fur et à mesure que le revenu est conséquent. Pour un ménage qui aura de gros revenus donc la durée de remboursement peut atteindre les 30 ans.

Les anciennes dispositions qui accordent le remboursement en différé partiel sont encore d’actualité dans le nouveau prêt à taux zéro+. Ce dispositif permet au bénéficiaire de rembourser les autres prêts en cours avant celui du PTZ+. Et il en est de même pour l’interdiction de recourir au différé total.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici